Si je devais partir sur une île déserte en amenant qu’un seul livre de la bibliothèque de Gabriel, je choisirais sans hésitation cet album.

le parapluie

Le parapluie, Ingrid & Dieter Schubert,

Mijade, 9782871427513, 11,50 euros

Ne sous estimez jamais le pouvoir des albums sans texte : une image pour une infinité d’histoires. Depuis le temps que Le parapluie a signé son CDI dans la bibliothèque, je ne l’ai pas lu deux fois de la même manière.

Au commencement est... la couverture. Une véritable réussite. Le genre de couverture qui joue comme un aimant dans le rayon des albums (pour peu que le livre soit en facing). Une conception dynamique et efficace qui suit parfaitement le sens de lecture d’une image. Le jaune éclatant et le parapluie rouge dans le milieu gauche attirent irrésistiblement le regard. Le chien noir invite ensuite le lecteur à découvrir la girafe aux yeux curieux et rieurs. Le titre enfin, rouge lui aussi, mais d’une simplicité frappante.

Ensuite, puisqu’il s’agit d’un album sans texte, pourquoi ne pas commencer l’histoire dès la couverture tournée ? Ainsi là où habituellement les pages sont blanches, Ingrid et Dieter Schubert, plantent le décor : dans un jardin, vers la fin de l’automne, en fin de journée, alors que le vent souffle fort, un chat et un chien se promènent. Quand le chien découvre un grand parapluie rouge oublié contre un arbre.

Forcément, ouvrir un parapluie par jour de grand vent n’est pas sans risque. Le risque principal étant de s’envoler avec. Commence alors pour le chien le plus merveilleux de tous les voyages. Au gré du vent, ce voyageur inattendu va découvrir le monde, sa beauté et ses dangers, pour finalement revenir à la maison où son ami le chat l’attend. Le chat qui trouve désormais lui aussi le parapluie fort à son goût...

Chaque double page est une histoire à elle toute seule où fourmillent mille et un détails qu’on découvre au fur et à mesure des lectures. Il suffit d’ouvrir le livre pour entendre le bruit du vent, le rugissement du lion, le chant de la baleine, le battement d’ailes du pélican, le vol silencieux des chauves-souris... Les illustrations sont d’un tel dynamisme, qu’on croirait presque voir bouger les images.

Pour faire court, en deux mots : j’adore !

Pour finir de vous convaincre de vous le procurer, en plus du feuilletage (en cliquant sur la couverture), je vous offre quelques planches. Bon voyage !

le parapluie  parapluie 1  parapluie 2  parapluie 3  parapluie 4